Je viens juste de découvrir que…

Article - je viens juste de

Ami lecteur, il faut que je te dises !

Je viens juste de découvrir que,… Ah mais oups pardon, commençons par le début ! je te le dirais juste après.

En fait je cherchais comment utiliser les leviers psychologiques pour rendre une personne curieuse.. je sais pas si tu l’es mais je dirais que oui car, si tu as lu cet article avec un tel titre, ose me dire que tu ne veux pas savoir ce que j’ai découvert !

 

Petit curieux !

Et oui, je suis comme toi : curieux. En fait tu as envie de savoir ce que j’ai découvert, et peut-être même comment ? La curiosité est ce qui depuis l’invention du silex ce qui nous a fait avancer. Tu t’imagines toi, nu, au froid, tremblant, avec un silex dans la main et découvrir que ça peut te réchauffer ? Faut être curieux non !
Même toi, as-tu conscience que ce qui va te faire avancer, progresser c’est ta curiosité ? En fait, si tu rencontres une personne qui n’est pas curieuse tu sauras une chose importante sur elle : là où elle est aujourd’hui et bien, elle y sera encore dans 3 ans, dans 10 ans.. toute sa vie en fait !
C’est pour ça que notre cerveau est programmé pour être curieux et vouloir savoir. Une fois qu’il sait il peut alors faire un choix : est-ce que c’est utile pour : 1 ma survie ; 2 satisfaire à mes besoins ; 3 me faire atteindre mes envies… ou pas.

Mais ce n’est pas tout. C’est aussi ce qui nous sauve la vie !

 

Un danger peut se cacher ici !

Et oui, le danger te guettes ! Te souviens-tu de la dernière fois ou tu étais dans un lieu que tu ne connaissais pas…? Pas de zombie à l’horizon ? et comment marche ce truc ? et qu’est-ce que je dois faire si… ? mais si il fait ça qu’est-ce que je réponds. En fait tout est danger… ou plus précisément notre instinct de survie voit tout ce que nous ne connaissons pas comme danger. Il suffit à une autre échelle de regarder la peur que certains ont de diffuser le savoir nous permettant de remettre en cause nos croyances… mais bon ça y est je m’égare.

Donc, tu veux savoir aussi par précaution, c’est une sorte de super-curiosité-protectrice !

 

Donc, je viens de découvrir que,

et bien je viens de découvrir que cette phrase t’a fait lire cet article ! Imagine ça… Une phrase qui ne dit rien t’a fait passer 5 minutes ici… Mais ta curiosité est satisfaite… Ce n’est pas un danger, et cela peut être un atout. Un déclencheur que tu vas ajouter à ton silex, ton arc et con couteau « made in Rahan1 » !

Premier apprentissage : 

‘dis lecteur, je viens de découvrir que…’ est une belle et bonne phrase d’accroche car tu n’imposes rien à celui qui l’entends et tu le laisse libre d’aller plus en avant. Sais tu par exemple, et c’est vrai que je viens de découvrir que je pouvais te faire gagner en autonomie financière ! Si si… 
Autre exemple vrai : Juste avant d’écrire cet article j’ai découvert que je venais de gagner 2x plus que la semaine dernière alors que j’ai rien fait et que c’était le weekend !

Second apprentissage :

Si tu lui donne l’intégralité de la réponse, que va faire son cerveau ? Et bien décider si oui ou non ce que tu as appris lui est nécessaire, utile, ou sans intérêt. Mais ce n’est pas ce que tu veux n’est-ce pas. 

En effet, si je ne connais pas un sujet, la première vision que j’en est obligatoirement parcellaire, je ne pourrais pas comprendre totalement les rouages, son fonctionnement et je risque de prendre une décision en comparant ce que l’on me dit avec ce que je sais… hors je ne sais pas les bonnes choses.
Pour faire court : dès que la personne pense savoir, elle décide.. puis se tiens à sa décision. Cela à du t’arriver de parler d’un sujet et d’avoir en face de toi un bonhomme qui te dit : j’ai compris alors qu’il n’a rien compris du tout ! Là c’est pareil…

Ton travail va alors consister à l’aider à comprendre en balisant le parcours d’étapes, de montrer qu’il y a encore d’autres infos et le conduire, sans l’influencer, à prendre toute l’information nécessaire. Ensuite il sera libre de décider.
Imagine que tu donnes des cours de parachute et que tu as expliqué comment mettre un parachute et l’ouvrir et que la personne te dises « Ok c’est bon je saute », et il monte dans l’avion, saute, ouvre son parachute et s’écrase ; splach ! C’est normal tu l’a laissé monter dans l’avion avant de lui apprendre à quel moment il fallait ouvrir le parachute, bien plus haut qu’il ne l’a fait ! difficile de lui expliquer maintenant.. Et bien c’est pareil à toi d’être le guide pour qu’il ait la bonne infos.

La morale de cette histoire

La morale est : communiquer ne consiste pas à dire ce que l’on a envie de dire. Communiquer c’est avant tout créer un lien avec l’autre et pour cela, il te faut parler sa langue, il faut qu’il ait envie de communiquer. A toi de savoir quelle langue il parle ce qui peut l’intéresser comme ce que nous avons vu et comment entretenir un lien. C’est seulement une fois que le lien est créé que tu pourras passer ton message.

Et, comme toute communication à toi de voir si ton objectif est de lui ouvrir des choix, ou l’influencer vers ton choix. En prendre conscience est un bon début…


 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

  1. Pour Rahan, c’est ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rahan

Si cet article vous a intéressé, PARTAGEZ-le

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email