Artiste, faites la différence !

By olivierparent | Au fil du temps

Mai 04

Trouver sa place dans le milieu artistique n’est pas chose facile. Et « comment percer, comment se faire remarquer ? »

En commençant à se poser cette question on s’oriente déjà vers deux possibilités opposées : avoir un positionnement très spécifique ou jouer une complète polyvalence. Dans les deux cas, cela reste bien souvent un faux semblant de différence et l’artiste passe à coté de sa vraie différence. Nous allons voir pourquoi avant d’ouvrir quelques pistes de réflexions et d’actions.

« Soit visible et reconnaissable, identifiable » pourrait être le leitmotiv de l’artiste. Une injonction qu’il s’impose ou que son entourage lui impose. Et c’est vrai, il faut sortir du lot. Mais comment sortir quand chaque artiste en fait de même ?

Créer son propre style. La première recette. Effectivement, c’est important d’être identifié, et identifiable aisément par le public et les professionnels. En même temps chaque artiste se différencie, ce qui crée une situation où le paysage est tellement varié qu’il est difficile d’y trouver quelqu’un. Une question arrive de suite après : à force d’être si différent pour être visible, comment, sur la durée, l’artiste pourra évoluer, s’étoffer en gardant l’image créée ? La réponse est que cela est particulièrement difficile.  Des chanteuses de la Nouvelle Star avec une moustache, au modèle hyper spécialisé, on voit que cette différence permet souvent d’être remarquée mais pas de durer.

Alors est-ce que la solution est d’étoffer sans cesse son talent pour devenir polyvalent et ouvrir le panel de ses capacités artistiques et ne pas plonger dans le piège précédent ? Est-ce que cela devient une caractéristique que la polyvalence ? Il semblerait que l’expérience montre qu’il soit du coup plus difficile de se faire remarquer. Cela donne l’impression d’un artiste lisse, sans éraflure, sans caractère ; comme les autres.

Alors la boucle est bouclée… L’artiste qui est trop identifiable et confiné dans un rôle, devient plus polyvalent puis trop polyvalent avant de recommencer à trouver son style et l’enchaînement continue souvent sans fin. Trop pile ou trop face.  Alors n’y a-t-il pas de solution à part le hasard ?

About the Author

>